Philippe Giraud, un autre Cognaçais, complète :« Il manque encore l’engagement desmultinationales. Un gros qui ait la conviction que dans 50 ans la France peutconcurrencer l’Ecosse. Ça arrivera. » Les pontes d’un « gros » me confirmaient récemment recevoir un dossier par semaine dans le whisky français – projet à financer,ouverture de capital ou distillerie/marque pas hostile à se laisser racheter.

Pour lire l’article complet : WhiskyMag